Friday, July 11, 2008

Beijing Olympics and Tiananmen legacy

Student leader Wang Dan addressing Tiananmen Square, May 27, 1989

Geo Visitors Map

"Even if China occupies a certain position in current geopolitics, one has not to emancipate China's usual answer, which is, slaughtering her own people as soon as the regime decides a new campaign, or changes policy, implicating that heads will immediately roll in the middle kingdom. More than ever our job is to watch and monitor."

I wrote these lines on a professional forum of Tokyo based journalists because I am amazed to see how many people, including reporters, seem to have completely forgotten that next year will be the 20th anniversary of Tiananmen bloodshed.

I lived and worked in Beijing China in the dawn of Tiananmen events, when the seeds of liberty flourished into the society. I therefore spent months listening to students and workers of various units, helped in this by my hybrid Sino-French professional status. I still visit this country both privately and professionally.

The first demonstrations I saw from my Beijing balcony happened in spring 1986. Initiated by Middle East and Africa born students complaining about the increase of prices and difficulties of living with their meagre scholarship, and racism against non-Han people. They marched from Haidian to Tiananmen. It exerted considerable influence on young Chinese students from Beida for instance.

We observed things and all of us living and working with the Chinese society knew that as soon as the Deng Xiaping regime, too lenient with Hu Yaobang or Zhao Ziyang according to the marxists conservatives, would give signs of weakness, the country would again enter into chaos.

I think it is interesting to debate about neutrality on our blogs, fora, pages and media, watching youtube and daily motion images of the events, while reading straight and shocking allegations that there was no massacre on Tianamen June 1989. Is it a matter of location? Should we say that it was also in Xidan, Qianmen or on the highway crossing near Youyi Shangdian?

Regarding the case for instance of Liu Guogeng, this Chinese soldier killed June 3rd in the evening by the Chinese people and burnt later on by the masses, this is a case that was used in June 1989 and after by Chinese propaganda to describe the violence of the demonstrators and zigzag the People's attention far from the PLA units, in particular the soldiers who remained stationed within the forbidden city and near Zhongnanhai. Soldiers who used their guns against kids, ordered by the winning faction of the Chinese leadership. (It ended into a weapons embargo from US and EU on the sales of any weapons to the Beijing Chinese regime.)

It is not a matter of numbers of people killed as it has been said everywhere. It is not a mater of saying that there were or not Taiwan or other nations' spies on Tiananmen too. It ended into blood shed. 200 or 3000 dead? Bloodshed also is a matter of balance of power in China as it still is the case in the numerous cases of people who are killed or jailed to have opposed the party and mingled inadvertently with the political struggle at the top. Tibet, Xinjiang, Han farming villages.

Asking today to the witnesses, associations of human rights or to the mothers of Tiananmen and brothers or sisters of the killed ones (workers, students, military) what happened to their daughter or to their son like Mr Wu Xiangdong and to other parents who lost their children, is participating to the establishment of facts and therefore a perfect call to neutrality.

Today, near Tiananmen, facing the Raffles (Beijing) hotel is the building of the Chinese security. Powerful these days as claims of terrorism are hastily made here and there. It is still forbidden today to interview people or drop by the square passed a certain time in the evening. Ghosts, probably...

Thursday, July 10, 2008

Le Sommet du G8 vu par la presse japonaise

Mainichi Shimbun

Un regard sur la presse quotidienne japonaise qui a couvert le sommet du G8 de Toya-ko, un exemple avec le Mainchi shimbun au tirage de 5,4 millions d'exemplaires / jour. J'ai souvent travaille avec des journalistes du Mainichi et je leur tire un coup de chapeau car leur objectivite et leurs investigations en font l'un des meilleurs exemples du journalisme au Japon. Subsiste néanmoins le délicat problème des "Kishas clubs", les clubs de reporters, j'y reviendrai. L'article est issu du site Internet avec une photo d'illustration des dirigeants du G8 et du G5. J'ai mis en lien (click sur le titre) le site (presentation, deontologie, tirages) de l'association nationale de la presse japonaise, la Nihon Shimbun Kyokai dont M. Tadao Koike, mon "parrain" dans la presse japonaise, a ete le president, il est egalement ancien president du Mainichi Shimbun.

July 10, 2008
(Global leaders agree to reduce greenhouse gas emissions but set no numerical targets)


TOYAKO, Hokkaido -- Leaders of the Group of Eight (G8) and eight other major countries agreed Wednesday to make efforts to sharply reduce greenhouse gas emissions, but stopped short of setting numerical targets.

The 16 members of the Major Economies Meeting on Energy Security and Climate Change (MEM), including China, India and other major greenhouse gas emitters, reached the agreement on Wednesday, the last day of the three-day Hokkaido Toyako Summit.

They are poised to continue to cooperate closely with their efforts to achieve the goal of halving greenhouse gas emissions by 2050, which was set by the G8 members on Tuesday.

However, the success of efforts to prevent global warming hinges largely on whether G8 countries and developing nations, which claim that developed countries are responsible for the accumulation of greenhouse gases, can narrow their differences, say observers.

This is the first MEM session that brought together the leaders of all member countries. The MEM was set up in September last year at the proposal of U.S. President George W. Bush, who claims that no effective agreement can be reached on measures to prevent global warming without the participation of China and India, who are major greenhouse gas emitters.

Of the MEM members, the leaders of China, India, Mexico, Brazil and South Africa had met in Sapporo on Tuesday and adopted a declaration urging developed countries to reduce their greenhouse gas emissions by 80 to 95 percent by 2050.

Wednesday, July 09, 2008

G8 Toyako: No commitment!

N'est-il pas trop tard pour les dirigeants du G8 et les pays emergents? N'est il pas trop tard pour reviser la marche de leur horloge a l'heure de la mondialisation et des problemes qu'elle engendre? Pour m'y mettre au plus vite, je suis alle regler ma montre a la celebre pendule "Clock Tower" de Sapporo, a deux pas de mon hotel. Et ai pris sous le bras le livre de Christian Gerondeau "Ecologie, la grande arnaque" chez Albin-Michel, qui ecrit: "... il n'est pas exclu, tout au moins sur le papier, que nous puissions diminuer, a cette echeance (2050 ndjl) de moitie nos rejets de gaz carbonique par rapport aux tendances actuelles et que l'humanite revienne alors a son niveau actuel d'emission. Elle n'emettrait alors plus au milieu du siecle qu'une trentaine de milliards de tonnes de CO2 par an au lieu d'une soixantaine si rien n'est fait."

La "clock tower" ici joue un role de celebrite comme le meridien de Greenwich en GB. Une difference, ici on a certes vecu des visteurs celebres, mais la population japonaise s'est arrtee la et ne s'est pas mobilisee outre mesure par rapport aux evenements et fora, et avec les visteurs venus pour le G8, afin d'assister aux fora et aux manifestations et colloques mis en scene par Sapporo, par les organisateurs du G8, par les alters ou les ONG (Greenpeace, Oxfam, et les coordinations). Les manifs etaient parfois feroces mais pas de sang verse comme ailleurs. Celle de Oxfam etait plutot bien reussie. Tres pro.

Pas de commitment global

Le sentiment general d'apres sommet de Toyako est que le monde entier a vu durant quelques heures que la bonne gouvernance ne s'achete pas qu'avec de bonnes intentions. Le G8 de 2008 se termine, mais pas de "commitment" des uns et des autres. Bush part avec un large sourire, il a bien drive les japonais avec un objectif tres flou, celui de 2050 (il aura 104 ans et Fukuda 114!) sans engagements ni objets clairement definis.

Les pays emergents ont donc la balle dans leur camp. Chine, Inde, Bresil, Afrique du sud, Nigeria. Ce qui se lit dans cet extrait d'une declaration qu'ils ont sorti aujourd hui: "Any deal between G8 and the major developing countries would have to take into account "the historic responsibility" of the world's old powers. "It is essential that developed countries take the lead in achieving ambitious and absolute greenhouse-gas emissions reductions".

Une analyse assez claire et resumant la situation a ete redigee par le Tokyo Shimbun, un grand quotidien japonais qui a l'habitude de serier ses analyses: Sur la methode Fukuda II:

"The contents of the G8 agreement is far from satisfactory for the prime minister Fukuda. The most serious problem is that the statement did not refer to all major economies' support for setting a long-term goal. Emphasizing that an agreement has been reached among the G-8 leaders, a senior Japanese Foreign Ministry officer said: "They do not urge others to agree to something they do not support." This expression, though, indicates that priority was given to keeping the U.S. and Europe, which are at loggerheads, at the negotiating table. Prime Minister Fukuda wanted to play up his political presence at home and abroad by taking the lead in discussions. But since he devoted himself to playing the role of a coordinator to prevent the discussions from breaking down, he was unable to demonstrate his presence."

Une bonne raison d'etre dans la partie francaise de ces sommets est dans cette petite annonce qui a interesse beaucoup de monde au Japon: Les pays du G8 se reuniront d'ici a la fin de l'annee au Japon pour un forum sur l'energie nucleaire et les energies renouvelables afin de coordonner leur developpement et faire face a la flambee des prix du petrole et du gaz. C'est l'annonce faite par Nicolas Sarkozy en echo a la proposition du British Gordon Brown lors de la recente reunion de Jeddah en Arabie Saoudite. Nicolas Sarkozy; "Cette idée a été acceptée par la totalité du G8 et nos amis japonais se sont proposés pour organiser ce forum avant la fin de leur présidence du groupe des pays les plus industrialisés (les pays du G8) fin 2008"

Mais qu'on ne s' trompe pas, le G8 Toyako Hokkaido aura ete le sommet des hesitations et du dialogue de sourds, on sourit mais on ne regle pas les problemes urgents qui concernent les plus demunis, a savoir les problemes de produits alimentaires et les couts energetiques, voire, la gravite du rechauffement climatique, mais il y a de l'espoir pour les industriels du nucleaire francais et japonais (MHI, Japan Steel, Areva & Co) et chinois. Attention "la reconnaissance vieillit vite" (Aristote)...

Bye Bye Hokkaido

Au Japon tout commence par une ceremonie du the (vert) et se termine par un festival de Taiko (les tambours japonais) au son litteralement envoutant.

Et c'est dans la ville de Kushiro a l'extreme-est de Hokkaido, et a des heures de voiture de Toyako, que je suis aussi alle rendre visite aux pecheurs du Pacifique nord.

Des gens honnetes, solides, respectueux de la nature et des valeurs de solidarite... et ils m'ont offert ce superbe spectacle de "Taiko", coupe de celebre sake en main.

Et avec eux j'ai pu voir comme sur toute l'ile de Hokkaido que j'ai pu visiter que l'ambition de ce sommet 2008 etait de coordonner, de creer des ponts entre Orient Extreme et les autres continents. Un sommet certes d'envergure, mais qui donne l'amere sensation qu'il parait etre un sommet sans engagement des chefs d'Etats et de gouvernements, du moins pas d'engagement venant des pays du G8 mais des autres, les membres du G5, oui. La promesse certainement que les negociations internationales a venir, Copenhague notamment, seront dorenavant etendues a tous les acteurs majeurs du developpement. Un appel a la responsabilite peut-etre?

Que Hokkaido soit remerciee pour tant de gentillesses et de devotions, parfois meme un peu trop si je regarde toute l'attention portee a mes deplacements et questions souvent tres directes. Sayonara Hokkaido... "I'll be back".

Tuesday, July 08, 2008

Un G8 de Toyako totalement... hybride!

Bonjour de Sapporo! Capitale du Hokkaido, nord du Japon.

G8 Day 2.

Vous avez vu la tour Eiffel locale? C'est sur le parc Odori ou se rassemblent les ONG, les centaines de manifestants et les milliers de policiers, et les curieux. Le soir, c'est l'etape obligatoire avant de fondre sur le quartier branche, Susukino. Les discussions, rencontres, decouvertes, infos et la bonne humeur. La ville est agreable, et malgre le temps gris comme la mine d'un fonctionnaire, Sapporo offre un festival d'inititiatives celebrant, ici au moins, la nature avec l'intelligence d'un developpement a taille humaine. Et vous-ai je parle de la gastronomie locale? Goutez-moi cette fondue Gengis Khan... Oishiii! (Delicieux en japonais)

En fait c'est a Sapporo que tout se passe... Rusutsu est une zone de distraction pour nos medias, qui me rappelle, en mieux, le centre des medias de la Ticad. Ici, je discute avec des amis du cru et ma decision est prise, vu le peu de temps precieux dont je dispose pour "ma feuille de route", je mise sur la transparence et le temoignage direct et vais eviter la dialectique du vrai et du faux des communiques officiels. Ah! Sapporo, quelle verdure qui change de Tokyo ou Osaka. La capitale de Hokkaido, elle, sait recevoir. Un coup d'oeil au parc Moerenuma du celebre architecte Isamu Noguchi et sa splendide pyramide de glace faisant face a un mini mont Fuji-san, en verdure of course!

Un G8 2008 totalement hybride donc, tant dans sa constitution que dans ses realisations et debouches, et disent les critiques, Toyako est en totale perte de vitesse, "petulant attempt" disent les britanniques non rebutes par cette grisaille presque Londonienne. Bill Nighy le heros de Love Actually etait la au titre d'ambassadeur de bon coeur d'Oxfam, et on se sentait deja mieux. Malgre une chaleur humide a couper au couteau! Prevoir ici une garde robe impermeable a la saison des pluies et a la mauvaise humeur des bodyguards de Toyako (en fait, des brutes paranoiaques.)

Observateurs, journalistes, economistes et ONG, les desherites font la tete, et si la necessite d'objectifs a atteindre est un bel outil intellectuel, on se demande bien ici qui va accepter de se lancer et partager le fardeau pour regler les problemes, exemple le Darfour, les prix alimentaires, la pollution. Bref une reunion sans vue, et la grisaille de l'histoire est tombee sur Toyako. Le sommet a les yeux dans le brouillard, ou bien est ce le volcan Usu qui se reveille?

Si au debut en 1975, a Rambouillet, on a voulu trouver des reponses aux problemes economiques du moment, force est de constater que l'on denote aujourd'hui des derapages non controles, au club des riches qui vit avec les memes valeurs democratiques mais en desarroi quant a leur raison d'etre avec l'arrivee de la Russie ou de la Chine ou des pays africains. C'est un autre club qui se met en place, et criant plus fort, l'Afrique demande aux nations de respecter leurs engagements en terme d'aide financiere. Exemple quid du G8 de 2005 Ecosse?

La Chine s'affirme comme le probleme numero 1 et concerne toute l'humanite, comme l'Inde. Si le G8 a par consequent totalement change et ressemble a n'importe quel cenacle de dignitaires peu desireux de delivrer des reformes, pourquoi alors ne pas accroitre les competences de l'ONU plutot que de donner une confiance excessive, un cheque en blanc, a un groupement de VIP reunis trois jours par an? Des VIPs qui se reunissaient pour parler d'economie, dans les premieres annees, alors qu'au fil du temps le G8 donne l'impression de surveiller surtout l'actualite immediate comme la guerre en Irak, le prix du baril, ou le Zimbabwe du sinistre Mugabe.

Les exclus de ces G8, meme remodeles a 22 comme a Toyako, font donc la moue. Tout specialiste des relations internationales et dote d'une connaissance de l'histoire tire deja les enseignements de ces reunions a huis clos. En general elles servent a avaliser les decisions des Etats Unis, avec "l'accord constructif" des Europeens et les "demandes et exigences critiques" des derniers venus, Russie, Chine, Inde, Afrique. Bref, la tuyauterie est complexe. J'ai mis quelques mots entre guillemets car ce sont des citations de personnalites qui souhaitent que je ne les identifie pas.

Comment recuperer l'eau des volcans

"La composition du G8 n'est pas legitime" commentent les ONG qui campent aux abords de Sapporo et Toyako. Le G8 "est en crise" me dit-on, car les pays riches donnent le "la" mais "ne sont pas en mesure de controler les problemes economiques du moment". (inflation, hausse du prix du petrole, hausse des produits alimentaires ndjl) J'ajoute lors d'une conversation passionnante avec Ai san, une collegue de Sapporo d'un tres grand quotidien japonais, "que le CO2 chinois et indien se transforme en de quasi nouvelles armes de destruction massive." A quand les energies "propres et realistes" me dit-elle doucement, lors d'un briefing de presse que je couvrais pour un media audiovisuel ici?

Demandeurs et critiques, ces pays se retrouvent aussi sans espoir et constatent que le G8 est incapable de pouvoir regler les problemes du temps. "Je passe mon temps a coordonner les vues des uns et des autres" nous confiait le Sherpa japonais, le dynamique et patient Masaharu Kohno. Il est lui aussi hostile comme son patron Fukuda a l'idee d'accroitre le nombre des pays du G8. Ce que Nicolas Sarkozy a combattu en affirmant urgent de reunir les vrais partenaires du developpement mondial. Reste a trouver une enceinte de taille pour juguler les problemes, en particulier resoudre les problemes economiques. Le briefing sur l'economie mondiale a l'IMC Rusutsu ce jour etait plutot desolant... Sans commentaire. On "prend note", on "s'engage", on est "tres concerne".

Personne n'ose prendre de decision!

Au chapitres des rares bonnes nouvelles, Jose Manuel Barroso a annonce lundi qu'il proposerait a l'UE un fonds dote d'un milliard d'euros pour soutenir le secteur agricole dans les pays en voie de developpement. Une balle de volee me dit un VIP. "Pour l'heure" martelle-t-on aux etonnants et rafraichissants sommets des ONG (qui fleurissent un peu partout sur Hokkaido, Sapporo surtout) "le G8 coute davantage qu'il ne rapporte". Et "depuis le Plaza", me confie aussi sec un haut fonctionnaires francais, "personne n'ose prendre de decision"! CQFD. Alors? Sur la question des changements climatiques, l'Asie a-t-elle une autre reponse que l'Occident? Trop tot pour le dire. Les photographes et les paparazzi depeches aux multiples reunions du G8 au Japon ont beau scruter derriere leurs objectifs. On ne verra rien venir avant 2050!

Quant a la France, Nicolas Sarkozy est surtout venu au Japon pour preparer son sommet de l'union de la Mediterranee. Au moins c'est proche et du concret pour le chef de l'Etat Francais qui etait irrite hier: Pas d'helico pour l'accueillir a son arrivee a l aeroport de Sapporo Shin-Chitose sous des trombes d'eau.

Il a fallu pres d'une heure et demie de limousine au chef de l'Etat francais avant de parvenir au Windsor de Toyako sous haute escorte policiere.

J'ai croise ce cortege parmi tant d'autres alors que je me rendais dans une usine de la ville de Shiraoi qui grace a l'aide technique de l'universite de Hokkaido a reussi en utilisant la biomasse a faire tourner son usine de pate a papier. Usine a la Geo Trouvetou grace a cette redoutable petite machine. Surprenante! Les elus du patelin sont d'origine Ainou et me racontaient non sans fierte qu'ils raffolent de cette technologie propre et sans fin qui colle a leurs philosophie de la vie: Une nature sacree avant tout, ce que l'on appelle ailleurs, le developpement durable... (l'ombre de Chirac est sur le G8 de Toyako)

Prosaiquement ici on vit sous des torrents d'eau et des embouteillages insupportables. Ma chambre, une jolie vue, et la encore, la grisaille.

Les avions, helicopteres et transports routiers sont en pleine debandade. Les medias tournent en rond. L'enceinte de Rusutsu (le centre international des media, IMC) est sans doute l'endroit le plus mal indique pour rencontrer des auteurs, orateurs et initiateurs de politiques post-G8 2008. Bref, le IMC de Rusutsu est a fuir des que possible. Le wifi passe mal en plus. On nous avait promis un sommet hi tec.

Mais par contre on voit des pales geantes...

... et des panneaux solaires, ils fleurissent comme des champignons sur tout Hokkaido.

Hokkaido le meilleur endroit ou l'on peut discuter, ce n'est naturellement pas au Windsor, evidemment, mais il n'est pas inutile de voir comment l'endroit est utilise, et il faut savoir y acceder. Le concierge etait sympa.

... et le restaurant Africain etait grandiose.

Ici au deuxieme jour, on se fait toujours des frayeurs; les japonais sont des gens anxieux, et que serait un sommet sans fumigene? Histoire de donner raison aux organisateurs que ces sommets ont prise sur la realite, plaisante ou non, eh bien non. En realite on compte les manifestants sur les doigts de quelques mains. Le plan de bataille est bien inferieur en logistique que lors de precedents G8. Les manifestations sont bien plus reduites qu'en Allemagne l'annee derniere, au sommet du G8 de Heiligendamm, on le sait, marque par des manifestations de dizaines de milliers de personnes, et des affrontements avec les forces de l'ordre. Le gouvernement japonais a 20.000 policiers a Hokkaido et autant a Tokyo pour la duree des rejouissances et a renforce les controles dans les aeroports. Les organisateurs des contre-fora se sont parfois plaints d etre traites comme des geneurs ou des delinquants. Les medias "alters" sont pas du tout contents et pourtant ils en offrent de l'information, eux... Les punks locaux et les militants locaux Ainous (premiers habitants de Hokkaido) qui ont manifeste avec eux etaient tres cool. C'est du moins ce que j'ai vu de ma petite voiture branchee sur pile electrique.

Je vous retrouve a la cloture du Sommet du G8..

Sunday, July 06, 2008

Les 8 ermites du lac Toya*

Bonjour du village de Toya-ko! Ou est exactement l'ile de Hokkaido et ou est le Japon? C'est la question que tout le monde me pose. Je pourrais simplement vous dire : 43° 0′ 0″ N, 142° 0′ 0″ E. Bon, c'est a l'ouest de l'ile de Hokkaido, au nord du Japon en Asie. Plus simple, jetez un coup d'oeil sur la carte, la...

Entendant une presentatrice d'une chaine francaise internationale parler de "la ville de Hokkaido" (au lieu de l'ile de Hokkaido, ndjl) j'ai donc ajoute ces lignes pas inutiles quand on sait qu'un certain La Perouse a donne son nom a un detroit qui de Hokkaido a Sakhaline, sur 40 km, relie entre elles la mer du Japon et la mer d'Okhotsk. Quant a Toya-ko* Toya est compose de 2 ideogrammes signifiant caverne et ermite ou vieil homme. Ko signifie, ici, un lac.

La presse britannique n'a pas les memes problemes de geographie et de langues orientales, par consequent elle s'interroge un peu plus malicieusement tel le Financial Times avant que s'ouvre le Sommet du G8: "The question is one of psychology rather than geography. Japan is still the world’s second most powerful economy. Politically, it is all but invisible" commente Philip Stephens dans l'edition du 3 Juillet du FT.

Le Japon deuxieme puissance economique est talonne par la Chine (3e) et l'Inde (4e) au classement de la Banque mondiale et l'archipel au bord du Pacifique n'attire plus guere que les regards des amateurs de dessins animes ou de consoles videos. Un Japon ecrivait Albert Camus ou "les gens meurent heureux et fous" tandis que l'ecrivain Mishima Yukio affirmait que seule l'invisibilite etait le caractere premier du japonais.

Est ce une posture raisonnable? Meme au coeur de l'evenement, le caractere japonais s'emporte peu et ne s'enthousiasme guere, sauf sur commande, et adopte une demarche un peu robotisee, repetant a tue-tete au lieu d'expliquer et d'user de raisonnement, de logique, de progression, de nuances. A la longue on comprend mais il faut passer la redoutable phase de desorientation et de vulnerabilite du a une langue, imprecise si elle le desire et absente en positionnement ferme et definitif.

Un etat d'ame? Au Japon tout et son contraire sont possible sinon vrai. Un comportement souvent qualifie d'erratique ou digne de magie; cette magie qui hante les montagnes du nord du Japon, a Hokkaido ou Aomori. Ici les Shamanes s'envolent delicieusement sur des airs de musique shamisen, jusque loin dans la nuit, tels des lointains cousins des druides et bardes celtes.

Fous mais pas stupides.

L'hote des pays du G8 et des pays associes au vintage 2008, monsieur Fukuda, septuagenaire, est un peu coince et on le sentira dans les declarations finales du sommet, car en realite la nature meme des sommets tels le G8 s'apprete a etre modifiee. M. Fukuda incarne donc l'une des dernieres generations de ces organisateurs de sommets un peu "heureux mais fous", telles de vraies fausses kermesses pour les medias et les chefs dEtats qui ici se reuniront pour parler de ce qui ne marche pas autour d'une table en haut de la montagne, au "Windsor". Parler oui, mais resoudre les problemes du monde... et harmoniser les vues, il faudra plus de 8 ermites pour cela et plus de 3 jours.

Le Windsor, voila tout de meme un drole de nom pour un hotel ressucite de la faillite grace a la coupe du monde de 2002 et au G8 de 2008. Hotel ou citadelle retranchee digne des films de Akira Kurosawa. On s'attendrait presque a voir sortir des forets embrumees quelques samourais degainants leurs sabres katana fabriques a Japan Steel proche, Japan Steel d'ou sortent regulierement des fontes les impressionnants reacteurs nucleaires vendus, chers, au quatre coins du monde.

Une forteresse

Le Windsor est impossible d'acces aux communs des mortels, Ninjas compris, mais egalement helas difficile d'en sortir sauf par helicoptere, en cas d'urgence, et la-aussi, on n'est pas a l'abri des catastrophes mais loin des manifestations des altermondialistes. Cela n'a pas empeche des japonaises de venir manifester dans les rues de Sapporo.

L'ile de Hokkaido est a portee de missile de la Coree du nord. C'est ici il y a 10 ans, en plein ete 1998, que Pyongyang avait teste les nerfs des japonais et de leurs allies americains en lancant deux missiles Taepodong-1 dont 1 qui a survole le nord de l'archipel avant de s'abimer dans le pacifique nord. Depuis, les relations se sont ameliorees entre les grandes puissances et le regime de Pyongyang sur les questions des armes de destructions massives, au point de voir la Coree du nord peut-etre disparaitre de la liste des pays terroristes, brandie jadis par Washington si le Congres l'accepte.

Un geste americain qui a vraiment deplu et declenche la colere des japonais, a cause des japonais kidnappes par le nord-coreen Kim Jong Il dans les annees 70. Mauvaise humeur nippone qui retarde le reality-show de la mondialisation ou les gagnants parlent fort et au son du canon. Le Japon en est loin, bloque grace a son article 9 qui lui interdit d'aller declarer une guerre. Il faut dire qu'il a assez donne dans le registre et que 60 ans apres, ses voisins chinois ou coreens lui rappellent regulierement. Ironique Chine inconnue qui masque de moins en moins ses vigoureux desirs d'expansion pour cause de desirs energetiques insatiables.

Sommet des depenses aussi.

G8 de 2000 a Okinawa: 80 milliards de yen, Toyako-Hokkaido: 60 milliards de yen, les chiffres sont indiques par le ministere japonais des affaires etrangeres qui oublie les autres depenses dites de protection des VIP, de RP et de remise en forme des infrastructures, sans oublier les petits cadeaux aux chef d'etats (vises sont des africains coutumiers du fait comme s'en sont emus des diplomates et des firmes japonaises).

Si les intentions securitaires sont intactes, l 'esprit n'y est plus. Motif? M. Fukuda et ses "partners" sont coinces car l'edition 2008 est prise entre 1) les obligations de respecter les divers engagements internationaux et les imperatifs du moment tels que changements climatiques, crise alimentaire et energetique, aide publique, Coree du nord, plus les inconnues de derniere heure, et 2) les intentions timides de marquer d'un sceau japonais (hanko) cette edition sise a Hokkaido. Le G-8 n'est plus "qu'une borne kilometrique comme tant d'autres rendez-vous" me confiait un conseiller technique de Bernard Kouchner il y a quelques jours.

Une edition asiatique du G8 qui se concentre sur les problemes nes du rapide developpement de la region. L'Asie, resume M. Kuroda le president de l'ADB, l'Asian Development Bank, devant les journalistes correspondants au FCCJ de Tokyo, c'est 36% de la consommation mondiale d'energie. Il faudra donc assurer l'avenir energetique sous la forme d'une transition douce faute de quoi...

Les calendriers sont a present decides par les hauts fonctionnaires et non par les chefs d Etats comme lors de la creation du sommet des pays nantis a Rambouillet en 1975. Aujourd'hui en effet les nations du G8 ne sont plus les seules maitresses du jeu et les economies mondiales sont tirees par la croissance des pays tels les BRIC qui seront encore tenus a distance du Windsor Resort, sur l'impressionnante caldera de Toya-ko.

Le Windsor est la propriete de la firme Secom (societe de gardiennage, on n'est jamais assez prudent) et les ONG ont ete triees sur le volet par le Japon, pays organisateur, a la main " lourde" sur la selection.

Trouille habituelle du Japon face aux etrangers.

Un petit mot des medias sur place et des ONG, on est tres "encadre", les journalistes sont surveilles a l'oeil et au baton et electroniquement par des millers de policiers et par leurs banques de donnees. Consequence: Des arrestations de journalistes ont deja eu lieu, certains d'entre eux consideres davantage comme activistes que reporteurs, en particulier aux aeroports d'acces de Tokyo ou Sapporo New Chitose, le dernier journaliste arrete en date est un journaliste camareman de Reuters, M. Koike, et cela est survenu a Sapporo lors de la manifestation de samedi.

Les manifestants anti-mondialisation sont pourtant timides ici et defilent en ordre. Certaines comme Susan George du mouvement francais Attac n'en reviennent toujours pas, ainsi que l'ecrit l'une de mes collegues de l'Afp: "J'ai ete interrogee pendant quatre heures a la douane, la police me suit dans la rue... c'est la paranoïa" s'agace Susan George... qui s'etonne, à 74 ans, d'etre percue comme une menace... "

Toyako subit, il est vrai, d'incessants controles de policiers depuis des mois et a vraiment hate que tout ce joli monde deguerpisse car les touristes ont fuit les lieux, grevant lourdement les revenus locaux. Pendant que les ermites du lac Toya, les Chefs d'Etats et de gouvernements contemplent les affaires du monde, depuis leur suite presidentielle d'un hôtel de luxe qui domine le lac. Alors pas le moment de jouer la politique de la chaise vide.

Une des suites du Windsor

Les employés des hotels de Toya-ko affirment que le nombre de touristes a baisse en raison de la forte presence policière. "La derniere fois que j'ai pris ma voiture en ville, j'avais des policiers a moto devant et des voitures de police derriere. C'etait comme si j'etais dans un cortege officiel", a raconte un restaurateur. "Aujourd'hui, c'est la ville la plus sure du monde".

Deja on nous murmure que Nicolas Sarkozy qui a stupefait et attriste les japonais et les amateurs d'icones de la jet-set apres l'annonce de l'absence de son epouse Carla Bruni-Sarkozy, confirmera qu'il se rendra bien a la ceremonie d'ouverture des JO de Pekin cet ete. Probleme: sera-t-il le bienvenue en Chine? Pas vraiment a en croire les blogs chinois comme Sina qui poussent des cris d'orfraie sur la "desinformation" francaise sur le Tibet, et sur les "mensonges" sur la liberte de la presse et des individus en Chine.

Sans convaincre quiconque a sejourne en Chine, les blogs chinois tancent ceux et celles qui osent emettre des critiques la ou ca fait mal, sur les libertes fondamentales qui echappent encore et toujours aux chinois, celle de conscience, celle de pouvoir afficher librement des opinions politiques critiques, et de s'adonner a la religion de son choix. J'observe et visite la Chine depuis des annees... Je ne me lasse pas de voyager dans ce merveilleux pays bati sur la fierte et la combativite, le dynamisme mais egalement y constate annees apres annees une extraordinaire cruaute et cet egoisme insupportable de ses elites. Une Chine sourde aux critiques, meme de ses amis, la France qui a ete la premiere a reconnaitre la Chine Populaire et y installer en 1964 une ambassade dans le quartier de San Li Tun.

Au point que la France paie toujours les pots casses des qu'un desaccord surgit entre les deux pays, bien plus que d'autres nations a ce propos. Au point que la question est donc de savoir si la France pourra-t-elle se payer encore longtemps le luxe, l'arrogance ou la betise de se desinteresser de l'Asie comme elle semble en donner l'impression, privilegiant l'economique au politique, depuis le changement d'administration. Quelles sont les veritables enjeux et aspirations des relations franco chinoises, me demandent parfois des amis journalistes chinois? Ceux la meme qui me demandaient si Sarkozy etait un remake de Koizumi... Ce qui augure mal du futur.

Un sommet neanmoins organise sur une ile magnifique, Hokkaido (78.000 km2), autrefois prenommee Ezo en langue indigene Ainou. Veritablement, Hokkaido est le seul endroit supportable au coeur de la fournaise estivale japonaise, bien que la aussi la temperature a grimpe de 5 degres en une vingtaine d'annees, selon le vice maire de Sapporo M. Kato et je suis alle plusieurs fois a Toya et j'y ai decouvert une region magnifique. Les "onsen" aux sources volcaniques dynamisantes attirent comme partout au Japon des millions de touristes qui adorent revetir les Yukata traditionnels. Toya, Noboribetsu, Akan.

Un couple de jeune japonais, il porte le Yukata de coton

Comme le disent les brochures : "Toyako, baignee par les eaux du lac Toya au pied du mont volcanique Usu, ne compte que 10.700 habitants." C'est une station thermale, victime d'une eruption volcanique en 2000 (l'annee du G-7 de Okinawa).

Le maire du village de Toya, M. Yoshio Nagasaki et une amie

Son maire, Yoshio Nagasaki, 79 ans, est un ancien fonctionnaire local, un sage, fier comme les autres elus d'accueillir le sommet mais reste un peu rugueux aux entournures et joue des clins d'oeils quand on aborde les questions de financement local pour accueillir le G8. Naturellement tous ici auront profite de la manne genereuse du gouvernement japonais qui a transforme le sommet 2008 en une aubaine financiere pour la region plus habituee de nos jours a recevoir des coups qu'a en donner et en vivant sous la menace d'une eruption surprise du volcan Usu. Ce n'est pas vraiment l'adoration avec les autorites, ce qu'ont croyait inne chez les japonais disciplines, lorsque retentissent les coups de sifflet des 20.000 policiers qui ont quadrille la region avant que la fumee des grands feux du G-8 ne se dissipe une bonne fois pour toute et que le calme revienne aux pieds de l'irritable volcan "Usu".

Je vous retrouve bientot depuis le centre media des journalistes couvrant le G8 a Rusutsu et vais en profiter pour sillonner la region a bicyclette... pour faire des economies d'energie... naturellement!